L’entrait moisée

Voila le premier article d’actualité, concernant la maison. Les articles précedents raconteront le début de l’aventure.

Pour permette le passage entre le salon et l’escalier / WC / salle de bain, il faut couper l’entrait de la ferme existant. Mais avant tout, il faut supporter la poutre existante, puis ensuite poser un nouvel entrait moisé.

Donc le mur de soutient:

Ensuite il faut des poutres pour réaliser l’entrait:

Les poutre sont du contre-collé, d’une longueur de 13ml… il a donc fallut les faire rentrer et les couper. Merci au grutier de PP, et a Julien (coloc) pour avoir permit cette opération. La poutre de 20x20cm servira en plus pour faire office de è pour le plancher bois. La première poutre de 10x20cm servira au moisage, la seconde sera la muralière scellé dans le mur en pierre.

Aprés une journée de travail, ça donne ça:

Les poutres sont moisé avaec de la tige filleté de 18mmn et assemblé avec l’esxistant grace à des encoches. Merci à papa, Julien (frere charpentier), Jean Pierre et ma femme pour avoir manutentionné, assembler,… l’ensemble!

Pour la suite, il faut fixer la seconde muralière et ensuite mettre le solivage du plancher… Mais se sera une autre histoire!

Le plancher mitoyen

Il y a un plancher mitoyen entre les coproprietaire et nous. Il était isolé thermiquement, mais par contre, phoniquement c’était une catastrophe! Donc j’ai tout démonter pour remettre un plancher en CTBH de 19mm. Il n’est pas droit, mais au mois c’est une base solide pour la suite. Il sera recouvert de vermiculite et de plaque de Fermacell sol.

Voici l’état au départ:

Je pose un feutre et une bande d’étancheité en peripherie, afin d’être au maximum etanche par rapport aux voisin:

Et voilà fini:

Les reseaux: eau, EDF et télephone

Pour pouvoir y vivre, il faut bien amener le telephone, l’eau et l’electricité… Tout ce trouve en haut du chemin. Il ne reste plus qu’a creuser les 10ml pour tout retrouver…

C’est parti:

Malheuresement, il y a 2 souches au milieux…

Une fois déraciné, c’est plus, simple:

Mise en place du coffret EDF:

La suite pour trouver l’eau:

Et voilà fini:

L’ensemble à été creusé pelle-pioche, a l’ancienne! C’est long mais ça fait les muscles!

Les cloisons mitoyennes

La maison est en copropriété, découpé en diagonales, donc avec plusieurs murs mitoyen. Au moment de l’achat, d’un coté c’était en lambris, de l’autre c’était une baie vitré. Seul le plancher bois était plutôt correct.

Pour les cloisons, la structure sera la suivante (en partant de chez les coproprietaires): 2 couches de BA13 standard / rail placo de 48mm + laine de verre ep 45mm / plaque de BA13 phonique (db) / laine de verre de 45mm / rail placo de 70mm + laine de verre ep 70mm / 2 couches de BA13 phonique. Soit une cloison d’environ 21cm!! L’affaiblissement phonique sera d’environ -64db. Soit conforme à la NRA pour des cloison mitoyennes)

Pour la partie lambris, on commence par démonter une partie du mur existant (qui s’éfrite) pour pouvoir couler une arase béton (plus simple pour fixer le placo!):

Et on attaque la pose de l’ossature, des plaques,…



Pour la partie baie vitrée, on enlève et on met la cloison à la place:


Modification de la toiture

Pour permettre l’accès à la futur terrasse depuis la cuisine, il nous faut rehausser le toit, pour pouvoir y placer une porte et une fenêtre.

Pour commencer on démonte tout:

On bâche quand même au cas ou:

J’en profite pour faire l’arase de l’existant:

En même temps, on monte le mur qui soutiendra une partie de la nouvelle sablière, et on en profite pour chainer l’ensemble, histoire de renforcer:

Après viens le moment de la pose de la structure bois (avec mon frère et mon pote Max, tout deux charpentier):

Voilà la structure faite. Maintenant, pose du velux et mise en place de l’étencheité.

Ensuite les ardoises:

Et voilà le résultat fini:

L’escalier

Maintenant que la dalle est prete, il faut pouvoir y acceder. L’echelle c’est bien, mais l’escalier c’est mieux!

Aller, c’est parti. On commence par tracer l’escalier:

Et puis on fait un mur parpaing pour la base:

Et puis on coffre les marches et on feraille:

Et ensuite on coule:

Et voilà une fois coulé:

Après le dé-coffrage:

La dalle de l’étage

La dalle du rez de chaussée etant fini, il faut attaquer la dalle de l’étage. Sur les conseil de PP, on utilisera des entrevous en plastique, avec des poutrelles pré-contrainte KP1 (systeme Leader EMS).

On commence par le mur de l’escalier, avec la mise en place des bastaing de calage des poutrelles.

Et puis on pose les poutrelles:

Et puis ensuite on pose entrevous plastique (4kg pour 1,2m!!, soit 30 fois plus leger que les hourdis beton):

Mais pour inserer les poutrelles dans le mur en pierre, ce n’est pas si simple… On fait les empochements avec la disqueuse, massette, burin,… tout ça en surveillant le mur pour ne pas se prendre les pierres dessus.

Et voilà vu de dessous:

Vu de dessus avec le feraillage, les chapeaux,…:

Pour la couler, on a pris l’option toupie-pompe, pour eviter de devoir monter 2,5m3 de beton au sceau! Par contre, deplier le bras de 10m n’est pas simple…

Et voilà, c’est couler!

La première dalle

Le sable est là, il ne manque plus que la mains d’œuvre…

Après 4 h de boulot avec 2 bétonnières et 6 personnes, la dalle est coulé. Champagne!!!

Pour eviter la poussiere de beton, et pouvoir passer le balais dessus, je met un autolissant:

Préparation de la première dalle

Les 25m3 de molasse (terre) évacuées, il faut maintenant penser à préparer la dalle pour la couler avant le froid (on est quand même déjà mi décembre!).

Mais avant tout, il faut préparer les semelles, la reprise en sous œuvre, pour accueillir les poteau de soutient du plancher des combles et le mur de l’escalier. Accessoirement, éviter aussi que la maison ne s’effrite…

Et puis on complète au fur et à mesure avec les gravier, les tubes en attente pour l’eau, l’EDF et le téléphone.

Maintenant que tout est de niveau, on attaque l’étanchéité avec le polyane, et l’isolation périphérique.

Et les réseau électrique, l’eau et le chauffage, pour tout passer dans la dalle!

Maintenant, il n’y a plus qu’a couler la dalle…

Auto-rénovation d'une grange